mercredi 31 décembre 2014

Hell Awaits : Meshuggah

Le groupe


Meshuggah est un groupe d'extreme porté sur le death et à tendance progressive qui sévit depuis 1987 au partir de la Suède. Ce n'est qu'en 1991 après avoir fini de cimenter le line-up qu'il sortent leur premier vrai album, Contradictions Collapse qui récolte déjà un certain succès critique. Le succès ne se démentira pas pour les albums suivant au nombre de sept, ça aide un peu d'être signé chez Nuclear Blast pour la promo je pense. Un nouvel album est aussi dans les tuyaux soit dit en passant.

L'avantage des groupes bien connu des sphères du métal, c'est que t'as toujours un pote pour te dire par quoi commencer et là on m'a dit de me pencher sur I. Et en effet c'est bien poutrant, en plus une réédition de cet EP vient de sortir.

Le chanteur de ce groupe me fait flipper, je les ai vus sur scène en 2011 je crois et je peux vous dire que la tronche qu'il taille avec les yeux révulsés vaut son pesant de cacahouètes et à de quoi faire douter que les cas de possession démoniaque ne sont pas réél. Avant de faire ce papier, je n'en avais pas écouté depuis longtemps donc j'étais très rouillé du Meshuggah et j'étais persuadé que c'était du Death bête et méchant. Mais c'est bien plus que ça et j'ai pris plaisir à écouter les albums que j'ai pu me permettre de prendre le temps de me passer. Une éventualité de ma présence à leur prestation du Hellfest est probable.

Le dernier album sorti

Koloss

Koloss est le dernier opus de Meshuggah sorti en 2012, toujours chez Nuclear Blast. Quatre ans après Obzen qui est considéré par pas mal de gens comme leur meilleur album. Sans spoiler

Je ne me rends pas bien compte étant assez néophyte finalement de cette aspect là mais la technique a l'air de bien être au rendez-vous. C'est pointu et c'est surtout intéressant à écouter au delà du simple plaisir d'écoute. On sent un bon groove dans tout cette violence. J'ai pu lire sur internet que les mecs se plaignait qu'ils ne prenait pas assez de risque, blablabla, jamais content quoi. Je ne connais pas bien le reste de leur disco donc mon jugement n'est pas trop biaisé et je peux conclure que l'album est suffisamment varié, brutal et maîtrisé pour que les amateurs de Death Prog' s'y retrouvent. Par contre la piste instru toute calme de clôture aurait sans doute été mieux entre deux morceaux de mec fâché.

Une très bonne surprise donc qui permet de montrer aux noobs que ces suèdois en ont dans le slibard, qu'ils sont au dessus de la concurrence et qu'ils méritent mieux que certains de leurs supposément fans.




Genre : Death Prog Metal
Illmanterest : huuum rahh j'epère qu'y'aura rien en face qui m'attire plus
Hellfest : N/A
Spotify : Meshuggah

mardi 30 décembre 2014

Hell Awaits : Children of Bodom

Le groupe


Children of Bodom est un groupe de Melodic Death Metal finlandais qui existe sous cette appellation depuis 1997, après avoir eu le sobriquet de Inearthed pendant 4 ans.  Le groupe se gagne une notoriété au fur et à mesure de ces sorties, mettant en avant les talents de son guitariste et vocaliste, Alexi Laiho. Mais là ou je pense qu'ils ont vraiment frappé un grand coup, c'est en 2003 avec Hate Crew Deathroll qui fait même partie des albums de metal que je peux me permettre de recommander. Dès lors, le groupe est un peu plus Power ce qui fait que forcément y'en a forcément qui ont gueulé. Ils ont servi leur dernière galette en 2013 avec un succès mitigé.

J'ai découvert le groupe au lycée, genre en 2002-2003 et à l'époque c'était carrément trop extrême pour moi, j'avais rangé les mp3 dans le même répertoire que Cradle of Filth (ce qui fait que je me gourais aussi entre les noms des deux) Il m'a fallu un sacré paquet de temps avant de m'y réinteresser. Tout ceux qui ont assisté à un concert du groupe savent que le mot préféré de Laiho est "FUCK" vu qu'il en colle un tous les trois mots, ça peut faire sourire mais c'est un poil pathétique. Je ne les ai vus qu'une fois au Sonisphère en 2013, je n'ai finalement pas beaucoup accroché. Le jeu de guitare était brouillon par moment et Laiho n'assure pas toujours au chant. Je ne penses pas que je réitèrerais l'expérience.

Le dernier album sorti

Halo of Blood

Le nouvel opus du groupe à la faucheuse était assez attendu par la sphère metal en 2013 (certains attendaient surtout de les voir se planter). Le résultat n'est pas vraiment celui qui recollera les morceaux avec les anciens fans.

Cet album s'est tellement fait basher que ce n'est même plus drôle. En plus ce n'est pas forcément toujours mérité. J'ai du me farcir l'album une bonne dizaine de fois pour me faire mon avis et le moins que l'on puisse dire c'est que ça se suit mais sans passionner. Rien ne vous fera crisser des dents ni forcément pesté mais ce n'est que moyennement intéressant. Il y'a des chansons que j'aime pas mal, comme Dead's Man Hand on You qui sonne Doom/Death mais qui du coup n'est ni représentatif du reste de l'album ni du groupe. La piste d'ouverture Waste of Skin est bien aussi mais on sent comme une volonté d'essayer de piquer des bouts de leur plus gros tubes Needled 24/7.

Un album moyen avec un résultat moyen et quelques pistes qui sortent du lot, voilà ce à quoi Children of Bodom nous a condamné. Espérons que la prochaine sentence sera moins sévère.



Genre : Powerful Melodic Death Metal
Illmanterest : uhhh...nan
Hellfest : N/A
Spotify : Children of Bodom

lundi 29 décembre 2014

Hell Awaits : Venom

Le groupe


Venom, c'est en 1980 une sorte d'OVNI du metal. C'est un power trio qui fait du Heavy Metal mais qui met en avant une imagerie satanique et autres lyrics impies, d'un autre coté ils on plutôt raison vu qu'il n'y a pas grand chose à voir niveau profondeur de jeu au début. C'est leur second album sorti en 1982 qui fera vraiment sensation, Black Metal va être influent pour la scène black scandinave. Déjà en lui donnant un nom et parce qu'ils ajouté la rage qu'on trouvait dans le punk à leur heavy (leur premier album fait plus penser à du punk qu'à du metal d'ailleurs), qui leur permet aussi d'afficher une certaine paternité pour le thrash aussi. La suite de leur carrière a été un peu entachée par les événements rattachés aux légendes du Trve Black Metal (église cramée, meutre, etc...) à cause desquelles ils seront un peu obligé de s'exprimer pour réaffirmer que Venom ne fait que de l'entertainment dans la seconde moitié des années 80. Musicalement, les mecs ont eu le temps d'apprendre à jouer tout au long de leurs 13 albums studios. De ce que j'ai compris ils ont largement fermé les yeux sur tout ce qui est enregistrement pirate et bootlegs, histoire de diffuser leur son encore plus largement, c'est pour ça qu'il y'a une foules de live majoritairement non-officiels qui se baladent. Ils ont prévu de sortir un nouvel opus en 2015.

Lay down your soul to the God Rock N Roll !!! Moi c'est ça qui m'a marqué de l'album Black Metal. Le son était rageur, y'avait de la gnack à revendre qui compensait largement le manque de maîtrise musicale. La tendance s'est sacrément inversé, là j'ai plus l'impression qu'ils font des grimaces pour effrayer les enfants. Je le sens moyen.

Le dernier album sorti

Fallen Angels

La dernière livraison de la bande à Cronos (oui je sais c'est abusif vu qu'il a pas été tout le temps dans le groupe mais vu que c'est le seul vétéran...) s'est effectuée en 2011 avec Fallen Angels.

Musicalement, c'est du heavy tout ce qu'il y'a de correct et de classique. On retrouve bien évidemment l'imagerie satanique chère au groupe. En même temps vu le nom de l'album et des pistes tu peux difficilement t'attendre à autre chose (Hail Satanas...) Après je sais pas s'ils n'ont pas fini par tomber dans l'auto-caricature. Moi ce que j'entends c'est un album moyen avec des chansons moyennes et surtout avec une production pas top du tout mais sans doute voulu ainsi. Difficile d'être enthousiasmé par ce que j'ai entendu.

Ça s'écoute mais c'est moyennement cool. L'album sent un peu le réchauffé et n'est pas très convaincant. On attendait mieux de Venom.



Genre : Heavy Extreme Metal
Illmanterest : Je crois que je vais garder mon âme
Hellfest : N/A
Spotify : Venom

dimanche 28 décembre 2014

Hell Awaits : Five Finger Death Punch

Le groupe

Five Finger Death Punch est à l'origine à classer du coté des supergroupes, vu qu'ils comptent des anciens membres de WASP et d'autres groupes moins connu depuis leur naissance en 2005. Classé Groove Metal ou encore Metal Alternatif, étonnant qu'un groupe avec un nom de plus de 3 mots ne fassent pas du metalcore. Bref à l'heure qu'il est, le groupe de Las Vegas compte 5 albums.


Five Finger Death Punch est un poil inconnu au bataillon pour moi, alors après c'est sur que j'en ai déjà entendu parler et que je savais qu'ils montaient en réputation mais je n'avait jamais vraiment eu l'occasion ni l'envie de m'y intéresser. J'avais juste vaguement écouté leur troisième album, American Capitalist qui ne m'avait pas trop marqué. Au final, c'est plutôt sympa mais c'est pas le genre de musique que j'aime écouter en concert (en plus qu'ils ont l'air d'être des gros cons de redneck, jespère que c'est juste une impression).

Le dernier album sorti


The Wrong Side of Heaven and the Righteous Side of Hell, Part 2

Bah putain, ça c'est du titre d'album et quand tu sais qu'ils ont réussi à avoir Rob Halford en guest de la première piste pour commencer le Part 1, tu te demandes ce que tu vas bien pouvoir trouver ici.

Une chose est indéniable, le succès du groupe est du en grande partie aux qualités vocales de Ivan Moody, capables d'être bourrin comme un thrasheux ou plus calme pour des passages plus mélodiques. Sa voix apporte un certain charisme. C'est très bien produit mais j'ai juste l'impression d'avoir déjà entendu ça, ce genre de mélange a plutôt la côte outre-Atlantique donc forcément... Il ya tout de même quelque pistes avec de la personnalité comme l'instrumentale The Agony of Regret ou encore la reprise de The House of the Rising Sun qui rend bien.

Trop conventionnel pour moi mais avec d'indéniables qualités, c'est exactement ce qui caractérise l'album à mes yeux. Ca s'écoute tranquillement mais je n'y reviendrai sans doute pas, ou alors pour quelques pistes.



Genre : Metal standardisé avec un peu de crasse
Illmanterest : Ou pas
Hellfest : N/A

samedi 27 décembre 2014

Hell Awaits : Marylin Manson

Le groupe


Marylin Manson, c'est Brian Warner mais c'est aussi le nom de son groupe. Une histoire qui remonte à 1989. La provocation et l'incarnation des peurs de l'Amérique sont le fond de commerce du groupe et ça marche. De l'antéchrist à une incarnation qui laisse la drogue prendre la place du diable, le groupe parvient à remplir son office en faisant au passage bien parler de lui. La musique se rapproche d'un metal indus rock à légère tendance electro mais comme chaque album amène un univers différent ce n'est pas simple à décrire. Une chose est claire, leur musique s'est calmé et quand on entend le single de l'album qui paraîtra en janvier, The Pale Emperor, on ne peut que le confirmé et ce n'est pas pour me déplaire.

Manson est aussi connu pour ses sautes d'humeur en tournée avec ses co-headliners, l'une des plus connues de ces prises de becs ayant eu lieu avec Rob Zombie.

J'avoues, j'aime bien m'écouter du Manson régulièrement, j'ai acheté le Bet-of Lest We Forget et à part certaines reprises que je n'aime pas trop le reste est carrément énorme. On m'a prévenu qu'il ne fallait pas que je m'attendes à grand chose sur scène mais ça ne m’empêchera pas d'y aller quand même.

Le dernier album sorti

Born Villain

Le dernier né de la discographie de Marylin Manson date de 2012 (avant le nouveau début 2015). Étonnamment l'album a fait un relatif flop commercial alors que bon moi je l'ai aimé, je l'ai même offert à un mec pour son anniversaire, c'est tout dire.

Pourquoi ça, me demanderiez vous. Tout simplement parce qu'il est bon, pour moi c'est un album cohérent et qui forme un tout. J'avais trouvé que les précédents manquaient un peu de liant et Born Villain y a parfaitement remédié. On pourrait certes reproché à l'ensemble d'avoir perdu sa gnak passé, mais on gagne en maturité, la production est soignée avec un son moins raw et sans doute moins indus. J'aime bien quasiment toute les pistes, c'est un peu moins catchy et je ne surprends que rarement à chanter par dessus la musique mais on a bien là du matos de compet injustement sous-estimé. On pourra aussi noter Johnny Depp en Guest sur You're so Vain.

J'arretes pas de le dire mais j'aime cet album. Et je penses que la suite qui arrive en janvier suivra la même veine, surtout maintenant que j'ai pu en écouter 2 singles.



Genre : Autodestruction Provoc' indus metal
Illmanterest : The Dope Show
Hellfest : N/A
Spotify : Marylin Manson

vendredi 26 décembre 2014

Hell Awaits : Alice Cooper

Le groupe


Alice Cooper fait figure de doyen de la scène au Hellfest. A l'origine, c'est un groupe né en 1964 qui n'apparait sous la dénomination Alice Cooper, par provocation, en 1968. Le groupe sortira 7 albums dont le fameux School's Out avant que le groupe ne se sépare en 1974 et que Vincent Damon Furnier ne récupère le nom pour sa carrière solo vu qu'il l'utilisait déjà comme pseudonyme.

Ce qui a en partie amené la renommée du groupe c'est le coté théâtral et provocant de son attitude et de ces concerts. Alice Cooper met sa mort en scène, s'amuse avec un serpent, arbore des tenues extravagantes, etc... Bref un vrai show avec le sens du spectacle.

L'artiste ne sera pas toujours au meilleur de sa forme et connaîtra plusieurs passages à vide, notamment pendant les années 90 avec la concurrence du grunge et de ses successeurs spirituels comme Marylin Manson. Il avait d'ailleurs essayé de se relancer avec un son proche de ce dernier au début des années 2000 avec Brutal Planet et Dragontown pour un résultat plutôt mitigé. Depuis il a renoué avec le succès en revenant un peu aux sources, pour finalement se faire intronisé au Rock N Roll Hall of Fame en 2011. Un album de reprises est prévu pour 2015.

Je n'aime pas toute la carrière d'Alice Cooper mais les parties que j'aime sont géniales. Le meilleur de ses albums selon moi, c'est Trash de 1989, une vraie usine à tubes avec Poison en tête. En plus à force de se voir vanter les mérites scéniques de la formation, on peut difficilement ne pas les voir au moins une fois, peut-être que ce sera au Hellfest pour moi. J'espère que la setlist sera du genre Best-of.

Le dernier album sorti



Welcome 2 My Nightmare

Depuis quelques années, le sieur est relativement avare en sortie mais à l'occasion des 30 ans de Welcome to My Nightmare (1975), album qui l'a lancé en solo, l'idée de lui sortir un successeur à commencer à germer pour nous amener en 2011 avec Welcome 2 My Nightmare.

Pour ce nouvel opus, on repart sur du concept album de compet'. Même si on se demandes si le thème n'est pas le "fourre-tout musical" vu la panoplie étendu de genre auquel l'artiste touche. Hard Rock, disco, Surf Rock, des penchants pop avec Ke$ha, un certain coté théâtral de cabaret et bien d'autres influences peuvent s'entendre sur l'album. L'ambiance de l'album est vraiment intéressante et servent la narration (qui nécessite d'avoir les paroles sous les yeux voir une explication de textes pour suivre pour les non-english fluent). Comme d'hab, c'est sur la longueur que le soufflé retombera avec 2-3 pistes bien faiblardes en rythme, intensité et intérêt vers la fin de l'album pourtant encadrée de quelques pistes sympas.

L'album s'est révélé être le plus vendu d'Alice Cooper depuis 1991 avec Hey Stoopid. Même si certains passages sont extrêmement sympa, Welcome 2 My Nightmare a peu de chance de faire un jour parti de ma collec'.

un pitit aperçu du prochain album

Genre : Shock Hard Rock Théâtral
Illmanterest : Rien que pour le coté théâtral ça doit valoir le coup
Hellfest : N/A
Spotify : Alice Cooper

jeudi 25 décembre 2014

Hell Awaits : Nightwish

Le groupe


Nightwish est né une nuit de 1996 en Finlande. On pourrait presque dire que c'est un one-man band de Tuomas Holopainen avec des guests de plus ou moins longue durée. Le groupe affiche 7 albums au compteur et 3 changements de voix. Pendant 9 ans, Tarja Turunen a posé sa voix de chanteuse lyrique sur les musiques du groupe et qui a fini par une séparation qu'on peut difficilement jugée comme amiable. Vient alors le tour d'Annette Olzon qui reprend le flambeau en 2007 le temps de deux albums et qui va donné un ton un peu plus rock et moins prétentieux à l'ensemble. Une fois n'est pas coutume, la chanteuse se fait évincé supposément d'un accord commun... Et Floor Jansen prend sa place temporairement puis est confirmée comme nouveaux membres en 2013. Le style du groupe se veut lorgner du coté symphonique de la chose mais depuis Imaginaerum en 2011 qui a été taillé exprès pour aller avec un film on parle plus volontiers de Film Score Metal (et j'ai déjà entendu un mec parler de Cinematic Metal, ce qui ne veut rien dire à mon avis). Un album serait dans les tuyaux pour 2015.


Ah bah celle là, voila venir l'un des groupes que je préfère basher, l'un des fers de lance du pétasse métal. Bon je suis un gros hater du groupe et c'est même pas de leur faute, ça m'arrivait même d'en écouter de temps en temps il y'a quelques années. Imaginez que vous soyez en lan party (ouais bon ça commence à être rare) avec un mec qui s'obstine en pleine nuit à écouter du Nightwish mais qui n'a que 2 PUTAINS DE PISTES en repeat all, je peux vous assurer qu'au bout de 2h vous aurez envie de brûler le groupe en vous servant des os de votre pote comme allume-feu. Bref de toutes façons ne serais ce que penser à ce groupe me donne des frissons et des boutons.

Le dernier album sorti


Dark Passion Play

Juste pour me faire chier, y'a pas le dernier album, Imaginaerum, sur spotify alors je me suis rabattu sur le précédent sorti en 2007 et premier opus avec Annette Olzon. Je me suis donc infligé l'album en entier au moins deux fois.

Premier bilan, ça s'écoute. Il y'a des bons riffs et quand c'est du chant masculin ça me va. The Islander est plutôt carrément cool (et pas du tout représentatif du tout) Sinon le bilan principal par rapport à avant c'est la voix plus "rock" qu'avant.

Je n'ai pas envie de m’appesantir trop longtemps sur cet album. Si je m'extirpe de ma pensée, il a dérouté les fans, rameuté d'autres publics et n'a clairement pas fait l'unanimité.



Genre : Nightbitch
Illmanterest : z'êtes sérieux ?
Hellfest : N/A
Spotify : Nightwish

mercredi 24 décembre 2014

Hell Awaits : Limp Bizkit

Le groupe


Les Biscuits, c'est les héros de l'apéro dans toute leur splendeur... OK, je sors. Bref... Le groupe nait en 1994 et dès 1995 on a le lineup actuel et surtout leur début de carrière grâce à Fieldy de Korn qui les remarque (Fred Durst le leader a été le tatoueur de Fieldy) Ils sont en route pour leur premier album qui sortira en 1997, Three Dollar Bill, Yall$. Mais ce n'est vraiment qu'en 2000 que le groupe connaîtra la gloire avec son 3ème opus Chocolate Starfish and Hotdog Flavored Water (surtout le seul que je connaissais avant d'écrirer l'article :D) avec des gros titres comme My Way, Rollin' ou encore My Generation. Je sais, le groupe fait du rap metal, du coup c'est presque honteux selon certains de dire qu'on aime bien.
Les caractéristiques du groupes ne s’arrête pas là, parce que leur gratteux Wes Borland vient d'une autre galaxie et on peut dire que ses apparitions scéniques ont du en laisser plus d'un sur le coup vu comment il jure avec le reste du groupe (en plus d'avoir fais sa "j'y vais j'y vais pas" au cours des années dans le groupe).
credits : le mec qu'a pris la photo
Un nouvel album est dans les tuyaux pour 2015 et les singles ne sont pas vraiment encourageants jusqu'à maintenant (surtout qu'il y'en a un avec l'infâme sous-rappeur Lil' Wayne).

Au final, malgré tout ce que peux bien penser du combo rap/metal (en plus j'fais pas le malin vu que j'vais bientôt dire que le dernier BodyCount est une tuerie) j'ai fini par mater leur prestation du Rock Am Ring 2013 et j'ai trouvé ça très solide. Fred Durst offre un tour de chant de qualitay en plus d'avoir un sacré meilleur look qu'à ses débuts, Borland est ultra-louche (comme d'hab) et les titres qu'ils peuvent sortir sur leurs setlists de concert sont dynamique à souhait (Sérieux les mecs ont une reprise de Georges Michael, si c'est pas avoir des grosses bollocks, j'sais pas c'que c'est). Finalement et même si vous êtes pas obligés de croire ce que je vais écrire mais je penses que je vais aller les voir *sigh*

Le dernier album sorti

Gold Cobra

Bon là j'ai l'droit de dire du mal ? En plus ce coup là, j'ai la critique derrière moi, l'album ayant été loin de faire l'unanimité lors de sa sortie en 2011.

Quelques pistes sont tout de même relativement sympathiques, faut pas déconner. Mais ça manque quand même sacrément de rythme et d'énergie, c'est un peu mou la plupart du temps. Le chant manque un peu de conviction aussi, Durst sonne un peu genre "gné, j'voulais pas on m'a forcé" Mention spéciale à l'outro de Shotgun tout en bruits d'armes à feu et proprement insupportable à entendre.

J'me rattrape un peu sur les trucs sympas du haut, hein ? Cet album a été une purge a écouté en entier, j'peux retourner écouter The Unquestionable Truth, Part 1 (2005) qui lui poutre maintenant.


Genre : Zyva casquette Metal
Illmanterest : Rollin' Rollin' Rollin'
Hellfest : Limp Bizkit
Spotify : Limp Bizkit

mardi 23 décembre 2014

Hell Awaits : Judas Priest

Le groupe



C'est quand même pratique les groupes qu'il y a à peine besoin de présenter, même si je vais quand même le faire pour les trois gars du fond qui pioncent. Judas Priest est un groupe de Heavy Metal britannique qui a eu le bon gout de se créer à Birmingham, berceau du Heavy Metal (ville de Black Sabbath ou encore de Blaze Bayley pour ne citer que ceux-là). Leur premier album parait en 1974, il s'intitule Rocka Rolla, et tient plus d'un hardened rock que du Heavy Metal qui les caractérisera mais on retrouve déjà des bases et les deux guitares qui deviennent leur norme (d'ailleurs si quelqu'un sait à partir de quand les groupes de rock ont commencé à avoir 2 grattes dans leur formation, ça m'intéresse). S'ensuivra une ribambelles de tuerie bien heavy servi par la voix d'Halford aux multiples octaves, des riffs ultra lourds et rapides et surtout un look biker cuir clouté qui a sévèrement influencé la scène métal. Rob Halford s'accordera une petite incartade en dehors du groupe et ce sera Tim "Ripper" Owens, un grand fan du groupe, qui reprendra le flambeau le temps de 2 albums moyennement accueilli (j'adore Jugulator et je vous zut). Halford finira par revenir en 2003 non sans avoir fait quelques albums solos.

En 2011, l'Epitaph World Tour, censé être leur dernière grande tournée, débute et passe par le Hellfest où j'ai pu les voir presque en entier. Une des raisons pour lesquelles on se fout de ma gueule à chaque fois que j'en parle, c'est que j'ai légèrement fait un p'tit malaise qui m'a empêché de voir la fin (3 jours de festoche sans quasiment manger ni boire, ça ne pardonne pas) Bref, le concert poutrait et je compte bien me rattraper cette fois. J'aime beaucoup les grands classiques du groupe et un p'tit Breaking the Law en karaoké de temps en temps c'est quand même sacrément cool.


Le dernier album sorti

Redeemer of Souls

Dans le monde merveilleux des retraités qui s'ennuient vivait Judas Priest. Après leur tournée d'"adieu" ces messieurs se tournaient les pouces sévères. Pour passer le temps, ils décidèrent de refaire un album et de repartir en tournée. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de concert.

Bon soyons clair direct, ce n'est pas le meilleur album du groupe à mon goût et ce n'est pas le fait qu'il soit sorti le jour de mon anniversaire qui y changera quoi que ce soit. Ça reste du très bon Heavy Metal, en témoigne un Battle Cry auquel il ne manque qu'un refrain qui poutre (parce qu'il est un poil faiblard là) et un Marched of the Damned qui est sans doute la meilleure piste de l'album selon moi. Dragonaut aussi avec son intro vraiment très classe. Ce qui est marrant, c'est que même si Halford n'a plus forcément toutes ces capacités vocales d'antan, il doit rester un large cran au dessus des autres chanteurs du genre et qu'il le montre encore ici.

C'est un bon album mais si je l'achètes ce ne sera que pour compléter la collection.

Pas de clip sorry...

Bon allez si, un vieux


Genre : Legendary Heavy Metal
Illmanterest : Que je périsses si je loupes encore Hell Bent for Leather en live
Hellfest : N/A
Spotify : Judas Priest

lundi 22 décembre 2014

Hell Awaits : Korn

Le groupe


Korn est né en 1993, en tout cas de nom car ce n'est pas la première incarnation du groupe, en Californie. Considéré comme des pionniers du Nu Metal, ils ont un peu tout ravagé sur leur passage avec leur style survet' et leur musique sauvage. Il paraîtrait qu'ils auraient même demandé à Adidas de leur filer des thunes parce qu'ils portaient leur fringue mais que ces derniers ce seraient bornés à leur fournir des fringues et des pompes gratos. Tu m'étonnes que quand Puma soit venu avec un chèque à six chiffres ils aient changé de crèmerie (1998), avant de rechanger en 2001. Bref c'est du marketing.
Ils comptent 11 albums à leur compteur, ce qui est carrément pas mal en 20 ans  

Les deux dernières fois que j'aurai pu voir Korn, je les ai esquivé. Je me rends compte aujourd'hui que c'était pas une bonne idée, après tout c'est un des groupes majeur de fin 90/2000. En plus y'a moyen que j'aime ça.

Le dernier album sorti

The Paradigm Shift

The Paradigm Shift est le successeur de l'extrêmement controversé The Path of Totality, où c'était parti sur du mélange avec du Dubstep qui pouvait être insupportable pour certains. Ne répétez surtout pas ce que je vais écrire en dessous, mais...

J'aime bien cet album, je ne l'avais pas écouté avant cette semaine et force est de constater qu'il a des qualités que je ne lui soupçonnais pas. C'est du Korn mais modernisé, le dubstep se fait très discret et il aide à renforcer la "fraicheur" de l'ensemble. Bref on a pas l'impression d'écouter un vieux truc à peine réchauffé. Un regret c'est que la basse est beaucoup plus en retrait que dans mes souvenirs et moins identifiable. Évidemment il y'aura toujours des pistes qui me feront ticker, mais bon quel album n'en a pas (en général c'est celle qui font remplissage en fin d'album) ?

A noter qu'une nouvelle édition est sorti en 2014 avec des bouts de live en plus. Au final, j'aurai presque envie de l'acheter.



Genre : Neo Dubstep Metal
Illmanterest : Va bien falloir que je finisses par aller les voir
Hellfest : Korn
Spotify : Korn

dimanche 21 décembre 2014

Hell Awaits : Slipknot

Le groupe



Et si on parlait d'un groupe qui fait des nœuds à son slip ? Sur cette blague très douteuse, je vais donc parler de l’infâme bande de Corey Taylor (je sais pas pourquoi mais je peux pas blairer ce chanteur). Bref Slipknot est un groupe de l'Iowa qui pour ceux qui n'en savent rien portent des masques et des uniformes sur scène. On a tendance à les classer dans le Nu Metal. L'actualité du groupe est particulièrement agité ces dernières années. Le décès d'un des membres fondateurs ainsi que le renvoi d'un autre pour ne citer que ça, se rajoute des embrouilles avec Stone Sour, l'autre groupe de plusieurs membres du groupe et vous obtenez un cocktail détonnant qui pourrait se retrouver dans Voici!

Je ne vous cacherais pas que je ne suis pas un grand fan du groupe. Leur style ne me branche que moyennement mais bon j'ai découvert au lycée donc j'ai des restes. My plague et Wait and Bleed étant des chansons qui ont pas mal tourné dans mon lecteur CD à l'époque. Je découvrais le metal à ce moment, mon horizon était un peu étriqué, me jetez pas des cailloux. Après c'est pas inécoutable, c'est juste le "C'pas de la musique, c'est du bruit" que j’arrêtais pas d'entendre à l'époque qui a sans doute beaucoup collé à ce groupe dans ma tête, mais je vis très très bien sans les écouter.

Le dernier album sorti


.5: The Gray Chapter


Le cinquième album des fans de bals masqué est sorti en octobre 2014 et sous ce nom barbare ce cache un hommage au bassiste Paul Gray décédé en 2010. Mais qu'a donc cet album dans le ventre ? Donc c'est le premier sans ce dernier et sans Joey Jordison remercié en 2013 mais avec toujours 9 gars derrière.

Une chose est sure, ça ne sonne pas aussi violent que dans mes souvenirs, mais ça fera toujours fondre le pacemaker de ta grand-mère. Je peux avoir l'opinion que je veux sur le groupe cela n'empêche pas qu'il contient des compositions puissantes et qu'il y a des chansons comme Skeptic qui m'ont quand même bien plu. L'album est aussi suffisamment varié pour ne pas lasser alors qu'il dure plus d'une heure. Il y'a du chant clair, du léger grunt, des morceaux bourrins et des morceaux beaucoup plus calme. Je vous rassure, on est pas perdu et on reconnait bien que c'est du Slipknot.

Au final, un album qui plaira surement aux fans mais qui ne fera pas changer l'avis des autres.




Genre : Nu metal au bal masqué ohé ohé
Illmanterest : Une tête d'affiche qui ne me donne pas du tout envie
Hellfest : Slipknot
Spotify : Slipknot

samedi 20 décembre 2014

Hell Awaits : Faith No More

Le groupe


Faith No More est un groupe de Rock Alternatif/ Fusion de San Francisco qui a commencé à sévir en 1982. Ils ont eu 6 albums à leur actif jusqu'en 1998 date à laquelle le groupe s'est dissous. Le groupe a regagné en notoriété et a surtout était découvert par les joueurs lorsque Midlife Crisis s'est retrouvé sur la BO de GTA: San Andreas en 2004. Le groupe s'est toutefois réuni en 2009 et est donc toujours en activité depuis et projetterai de sortir un album courant 2015 qu'ils veulent plus expérimentale. Un morceau a d'ailleurs été mis à dispos à l'écoute sur Soundcloud, Motherfucker, et il ne me fait pas rêver personnellement.

Je n'ai pas spécialement d'avis sur le groupe, je ne connais vraiment que 2-3 chansons comme Epic ou Midlife Crisis. Mais une chose est sure, c'est qu'ils sont bien plus engageant que Soundgarden (qui je le rappelle n'était pas bien terrible en 2014 au Hellfest). En plus je suis tombé sur un live de 2012 de eux sur youtube et leur chanteur a l'air ultra-ouf dans sa tête et surtout d'en avoir encore sous le capot et ça ça vend du rêve. Si je vais les voir il faudra que je me soit tapé la disco avant sinon je risque de ne pas apprécier au maximum.

Le dernier album sorti


Album of the Year

Le dernier album paru de Faith No More commence sérieusement à dater vu qu'il date de 1997, presque 20 piges. Mais surtout mérite-t-il son titre culotté ?

Faut peut-être pas exagéré (surtout quand tu sors la même année qu'un album des Foo Fighters), l'album est néanmoins d'excellente qualité. Les premières pistes de l'album sont assez opuissantes et fraiche pour accroché l'attention. Le démarrage du champ sur les chapeaux de roue sur Collision, l’entêtant carillon de Last Cup of Sorrow, le singlesque Stripsearch ou les vocaux de l'outro de Helpless en sont les parfaits exemples. La fin de l'album me fait moins remuer, c'est plus calme mais du coup plus trippant, plus mature comme disent les grands. Comme ça claque, on va dire que Album of the Year est pour Fatih No More l'album de la maturité.

Si je ne devait garder qu'un seul album de leur discographie je garderai quand même Angel Dust mais celui-là n'est pas bien loin derrière.




Genre : Funk Rock Metal Alternative
Illmanterest : A l'occasion
Hellfest : N/A
Spotify : Faith no more

vendredi 19 décembre 2014

Hell Awaits : Billy Idol

Le groupe



Le punk britannique peroxydé va venir à Clisson. A l'origine était Generation X, groupe de punk fondé en 1976 qui sortiront leur premier album en 78. Ils sortiront 3 albums en tout jusqu'en 81 avec Kiss Me Deadly sous le nom raccourci Gen X sur lequel on pouvait trouver la chanson Dancing with Myself. La fin du groupe est l'occasion pour Idol de se lancer en solo et partir à la conquête de l'Amérique. Ce qu'il va faire avec ses 4 premiers albums, notamment en réutilisant le dernier hit de Gen X et avec quelques titres forts plutôt orienté rock (je comprends pas trop le succès de Rebel Yell perso). Puis vient 1993 et l'album maudit, Cyberpunk, ambiance cybernétique de sortie. J'ai beau bien aimé cet album, cela n'a pas été le cas du public et le monsieur a fait face au plus gros fiasco de sa carrière, tellement énorme qu'il mettra 12 avant de ressortir de son trou avec Devil's Playground qui renoue avec un son plus punk. On repart pour quelques années sans beaucoup d'activité pour finalement arrivé en novembre 2014 avec l'album chroniqué en dessous.

Lorsque j'ai parlé de l'affiche avec mon paternel et que j'ai sorti que Billy Idol aller être de la fête, j'ai eu droit à "Ah ouais, l'autre traître"... Au moins ça c'est dit, il semblerait que mon darron aimait bien Generation X. Perso je n'avais pas trop d'a-priori, ne connaissant le bestiau que de nom, j'ai parcouru rapidement la disco du bonhomme et j'ai trouvé des bons trucs plaisants à écouter. On sent qu'il a essayé de s'adapter à son époque, un poil comme David Bowie mais avec vachement moins de talent. J'ai pas mal aimé Cyberpunk mais ses premiers albums me laisse un peu indifférent.

Le dernier album sorti

Kings & Queens of the Underground

Cela faisait 8 ans que Billy Idol n'avait pas gratifié le monde de sa musique. En même temps, le bougre se bouffe des fours depuis un certain temps. Est ce que ce nouvel album va être celui qui redorera son blason ?

Exit le punk, genre définitivement sur cette galette. On a affaire à du rock avec un petit coté pop par moment. Je trouve la première moitié de l'album vraiment sympa. On trouve des refrains catchy, des chansons rythmées est un petit coté AOR qui peut plaire à certains. Contrairement au précédent on sent que le monsieur a vocalement vieilli, c'est pas plus mal. L'album s'ouvre sur Bitter Pill qu'on dirait tout droit sorti d'un album de U2, c'est plutôt posé donc carrément couillu pour une entrée en matière, mais la sauce a bien prise avec moi. Can't Break Me Down et One Breath Away sont toutes deux de bonnes chansons aussi. Puis arrive la seconde moitié de l'album, le B-side vinyle style, les fillers, les pistes qu'on n'écoute jamais. Sérieusement c'est carrément l'impression qu'on a, on s'emmerde, c'est pas intéressant et c'est quasiment 4 ballades d'affilée... Bref, l'aurait peut-être du sortir un EP au lieu de tout gâcher.

Un album en demi-teinte donc, mais au moins les singles marchent bien et c'est déjà pas mal.



Genre : Adult Oriented Punk Rocker
Illmanterest : I'm just One Breath Away
Hellfest : N/A
Spotify : Billy Idol

jeudi 18 décembre 2014

Hell Awaits : Motörhead

Le groupe


Forcément quand c'est une tête d'affiche aussi connue c'est compliqué de vous raconter des trucs originaux. En plus si vous voulez une bio de Lemmy je vous conseille le documentaire du même nom qui est tout bonnement excellent, avec des purs moments comme son éviction d'Hawkwind et son début de carrière avec Motörhead en 75, vous saurez plein d'anecdotes débiles. Le groupe va vraiment décoller en 1980 avec l'ultra-classique album Ace of Spade en sautant plusieurs marches qu'Overkill avait placé comme marche-pied. Depuis Motörhead fait du Motörhead et c'est ça qu'on aime. Le bon Lemmy a fait un peu peur à son monde en 2013 suite à des problèmes de santé et a du ralentir sur son rythme Sex, Drugs et Rock'n'Roll.

La bande à Lemmy est de retour au Hellfest, bon perso c'est au Sonisphère que je les avais vu en 2013. J'avais ultra-adoré le set et on sentait qu'ils étaient là pour faire plaisir au public. Et puisque les images dépasse les mots, une petite vidéo que j'ai faite au Soni :



Le dernier album sorti


Aftershock

L'album est sorti en 2013 et c'est leur putain de 21ème. La tournée pour cette album qui devait démarrer fin 2013 a été repoussé jusqu'en avril 2014 afin de permettre au grand gourou du groupe de se remettre de ses soucis de santé.

Ecrire une chronique d'un album de Motörhead, même petite, quelle blague ! Motörhead signe ici un album de Motörhead. Rapide, redoutable, énergique et avec la voix toujours puissante de son leader charismatique, bref un grand classique du Rock N Roll made in la bande à Lemmy. J'avais prévenu c'est succinct. Mais je vais nuancer un peu en rajoutant qu'il est bien meilleur que les 2-3 derniers à mon gout.

Le genre d'album parfait pour se mettre en train le matin, le midi, le soir, la nuit, etc... Le cadeau parfait pour les vieux de la vieille. Bref un excellent achat pour tout fan de Motörhead et de Rock tout simplement.



Genre : Master of Rock N Roll
Illmanterest : Killed by Death, quoi !
Hellfest : Motörhead
Spotify : Motörhead

mercredi 17 décembre 2014

Hell Awaits : Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators

Le groupe



Bon, Slash tout le monde connait, le gratteux bouclé avec un haut de forme et lunettes de soleil qui a participé à l'âge d'or de Guns'N Roses (du début jusqu’à Use your Illusion), un groupe solo Slash's Snakepit vu qu'il adore les serpents et enfin Velvet Revolver avec ses anciens comparses des Guns. Après tout ça il s'est relancé une carrière solo où on avait l'impression que c'était le guest sur toutes les chansons de son premier album vu qu'il avait un(e) chanteur différents pour chaque titre. Cet album était assez excellent de par la diversité qu'il dégageait. Les tournées qui suivirent furent mené avec Myles Kennedy au chant qui deviendra son chanteur "exclusif" pour ses albums suivants et vient même se greffer le groupe de ce dernier, The Conspirators, pour le backing band.

J'avoue être carrément sceptique, ayant suivi de loin la prestation du Hellfest 2012 de la bande, je n'avais pas été emballé. En plus je trouve la voix de Kennedy soûlante à la longue. En plus en live ils jouent du Guns, sauf que ben voilà la voix n'a rien à voir avec ce qu'on aime entendre sur ces chansons. Du coup ce sera encore sans moi cette fois.

Le dernier album sorti


World on Fire

Juste pour recadrer, j'ai totalement détesté l'album précédent, Apocalyptic Love, et je partais avec un apriori négatif sur celui-ci. Bref Donc on retrouve Slash, Myles Kennedy et surtout le nom de The Conspirators en beaucoup plus gros sur la jaquette.

Bon première surprise, l'ouverture de l'album avec la piste éponyme laisse présager un hard rock rapide avec du bon refrain et du bon riff. Malheureusement, à mon gout, c'est quasiment la seule piste accrocheuse de l'album. Le problème que j'ai vient du chant, sérieux j'ai l'impression d'écouter que 3-4 chansons différentes seulement sur l'album à cause de ça. Pourtant y'a du riff sympas qui se balade, comme sur Dirty Girl, mais fichtre y'a TOUT le TEMPS du chant presque. Bruf...

Ça s'écoute mais ça ne fait pas partie des CD que j'achèterai personnellement. 



Genre : Haut de Forme Rock
Illmanterest : Si j'me fait mécher les tympans avant
Hellfest : Slash
Spotify : Slash